Google I/O serions nous passés à côté de la révolution ?

Par franck_29 - Le 28/06/12 - Affichages : 4282

Cette édition du Google I/O n'aura finalement pas tant marqué les esprits, peut-être pas autant qu'elle aurait dû.
Pourtant avec quelques heures de recul je ne puis m'empêcher de penser que cette fois, la vraie révolution est peut-être en marche, même très certainement.

Retour aux sources : L'avènement du cyber-espace
Rappelons nous la naissance du réseau internet ; d'abord réservé à quelques universitaires [80] puis ouverts aux trafic commercial [90], ce n'est qu'avec la naissance du WEB [permière idée en 1991] qu'il prend véritablement son essor. Rapidement sa croissance, tant du nombre d'internautes sans cesse croissant, qu'en profondeur avec des outils disponibles toujours plus "puissants" atteint une ampleur sans précédent.
Et au final, nous sommes tous un peu médusés devant ce succès.

Il est intéressant de réfléchir à ce qui s'est réellement passé, aux implications de ce qu'apporte finalement ce nouvel espace que l'humanité s'est elle même créée, sur notre pauvre condition, et surtout jusqu'où il pourrait nous mener.

Certains chercheurs [Jos de MUL « De Homo erectus à Homo sapiens : le Cyber espace pour les Darwinistes », Cahiers Sens public 3/2008 (n° 7-8), p. 127-144.] n'hésitent pas à dire que l’avènement du cyber-espace a quelque chose d'aussi extra-ordinaire que l'invention de l'écriture. Cette écriture qui finalement a libéré l'humanité des contraintes liées à la transmission orale du savoir. Il devenait possible avec l’écriture, d'"entreposer" ce savoir sans plus le perdre, de le capitaliser, de bâtir dessus et de le transmettre.
En effet, le cyber-espace, et la cyber-base de connaissance gigantesque qu'il contient (toutes les informations publiées) apparaît comme une rupture comparable à celle qu'a apporté l'écriture. Sauf qu'à la différence de l'aspect statique d'une bibliothèque remplie de livres, la cyber-megabase d'informations est quant à elle dynamique, potentiellement mue par de l'intelligence artificielle pour nous offrir l'information dont nous avons besoin (c'est déjà le cas, soyez en certains). Nous pourrons alors décharger notre cerveau de ce travail encombrant de recherche, de croisement, d'affinage de l'information puisque, moyennant les bons algorithmes, cela pourra être implémenté et réalisé par le réseau, un "super brain"[Francis Heylighen & Johan Bollen - The World-Wide Web as a Super-Brain: from metaphor to model - 1996]

Il est difficile d'être clair en quelques lignes, mais en résumé, ces chercheurs pensent que l'homme sera radicalement changé dans sa façon de penser, "l’hypermédia marquera une nouvelle phase dans l’extériorisation du cerveau humain".

Une meilleure interface homme-machine pour aller encore plus loin
Mais Francis Heylighen & Johan Bollen vont encore plus loin, et prétendent qu'une limite forte à l'intergration plus aboutie de l'homme à ce "super-brain" réside dans la capacité d'interaction de l'homme avec la machine. Et qu'elle constitue alors [1996] une limite qu'il faudra dépasser.
Qu'entend-il par là ? Quel le clavier est un facteur limitant trop rigide à une interaction plus en profondeur.
Force est d'admettre qu'au final, dans le monde de nos smartphones, nous butons sur ce problème de clavier obligatoire à tous les étages pour interagir avec le réseau, et l'on voit bien qu'à chaque nouveau produit, on est dans l'amélioration continue mais pas dans la "révolution", loin de là!
Une application de plus, un peu mieux faite? La belle affaire... in fine, fonctionnellement je fais aujourd'hui avec mon smartphone la même chose, peu ou prou, à la mobilité près, qu'avec mon ordinateur il y a 8 ans...

Et le google I/O du 27 juin 2012
C'est ici qu'intervient la google I/O d'hier soir, avec l'annonce des lunettes google (Google Glasses) qui dans le cadre du tableau présenté plus haut, arrive à point nommé pour "densifier l'interaction homme machine".

Les interfaces de reconnaissance vocale sont anciennes et allaient dans le même sens, mais elles n'ont pas réussi à s'implanter dans notre quotidien (sans doute que l'impact social était trop déroutant), et il est vraisemblable que ni les SIRI, S Voice et autre google voice ne rencontreront le succès de masse escompté.
Par contre, il en est tout autre des fameuses lunettes avec leur affichage tête haute, des applications à foison qui ne manqueront pas de venir investir ce nouveau champ de possibles!
Elles ouvrent la voie à une nouvelle façon d'interagir avec le réseau. Bien sûr cela n'est qu'une première version, beaucoup d'autres suivront, et l'on nous avait déjà parlé de "casque de réalité virtuelle" il y a plus de 12 ans déjà, mais la puissance commerciale de google est qu'on le veuille ou pas, au moins une garantie que les choses vont bouger en ce sens.
Plus qu'à y ajouter un mode de saisie par contrôle de la pupille est nous entrerons véritablement dans un nouveau mode d’interaction, réalisant la prédiction de ces chercheurs visionnaires.

Voilà pourquoi, in fine, c’était peut-être hier la vraie révolution.

A très bientôt.

Image


18 réponse(s) -