Nos réflexions et analyses
Par jhowlett468 - 10 septembre 2017

Android Oreo... Evolution... Ou révolution ?

Android Oreo... Evolution... Ou révolution ?

Bonjour !
Ce 21 août 2017, Google a officialisé le nom de la dernière version d'Android, Oreo (auparavant simplement appelé "O"). Le déploiement a été annoncé (dans un premier temps sur les smartphones Nexus et Pixel et dans les prochains mois pour les mobiles des autres marques le temps d'adapter Oreo) et les nouvelles fonctionnalités présentées.
On retrouve des fonctionnalités déjà effectuées lors de précédentes MAJ : amélioration de la gestion de la batterie, meilleure gestion du multi-fenêtres (avec ajout du picture in picture cependant), notifications revues et corrigées...

Quelles sont donc ces nouveautés... Et améliorations de choses déjà existantes ? On terminera par les gros points forts de cette MAJ (selon moi )

AFFICHAGE - PARAMETRES
Tout d'abord, le menu paramètres sera profondément épuré afin de permettre une navigation dans les menus beaucoup plus simple.
Concernant les notifications, outre la barre dédiée, elles seront consultables directement à partir des icônes

Par jhowlett468 - 16 mai 2017

Fuschia, le remplaçant d'Android ? Refonte ou nouveau départ ?

Fuschia, le remplaçant d'Android ? Refonte ou nouveau départ ?

/!\ ATTENTION, cet article est basé sur beaucoup de conjectures, qu'elles me soient propres ou relayées par moi-même via ce que j'ai trouvé sur internet : il ne constitue en aucun cas un article sur un OS finalisé !!

Bonjour !!

Google serait actuellement en train de développer un nouvel OS dont on ne sait pas encore grand chose, à part son nom (actuel peut-être appelé à changer), Fuchsia, sa date de sortie possible, 2020, et un logo par forcément définitif...

Cf la page Wikipedia dédiée (assez sommaire à l'heure où j'écris ces lignes) :

Fuchsia est un système d'exploitation développé par Google. Contrairement aux précédents systèmes d'exploitation développés par Google tels que Google Chrome OS et Android, qui sont basés sur le noyau Linux, Fuchsia est basé sur un nouveau micro-noyau appelé Magenta, dérivé de Little Kernel (LK), qui a été conçu pour les systèmes embarqués et qui est principalement écrit en C. Fuchsia est conçu pour fonctionner sur une multitude d'appareils, y compris les téléphones mobiles et les ordinateurs personnels.

Une vidéo donnant une idée de son interface actuelle ICI (l'habituelle balise bbcode Youtube ne fonctionne pas...).

A l'heure actuelle, on ne sait pas grand chose de ce nouvel OS : une vidéo montrant rapidement une interface, une éventuelle date de sortie (rumeur ?) fixée (actuellement) à 2020... De plus, quel sera le but de Fuchsia ? Est-il à terme destiné à remplacer Chrome OS ET Android sous la forme d'un seul système unifié ? Coexistera-t-il avec les 2 autres OS ? Ou comme l'évoque cet article de 01net, un "simple" terrain d'expérimentation ?

Deux notions principales sont abordées dans le descriptif de Fuchsia sur Wikipedia :
  • premièrement, le passage d'un noyau Linux a un micro-noyau. Le noyau Linux est dit monolithique : système et pilotes font partie d'un seul et même bloc de code. Le noyau Magenta est un micro-noyau : de nombreux services habituellement assurés par un noyau monolithique en sont ici "délocalisés", ce qui permet théoriquement de gagner en robustesse et fiabilité. Plus de détails sur les noyaux ICI.
  • deuxièmement, on pourrait espérer un système unifié sur tous les types de machines : téléphones et tablettes (c'est déjà le cas depuis Ice Cream Sandwich, après une version tablette d'Andoid, Honeycomb) mais aussi sur ordinateurs et pourquoi pas sur des appareils connectés tels que des montres ? Les avantages d'un système unifié (et non d'un socle adapté au support) pourraient être nombreux : synchronisation plus simple des données personnelles (contacts, calendrier...) mais aussi par exemple des applis (installer par exemple une appli sur son téléphone pourrait permettre de la "pousser" automatiquement sur son ordinateur ou sa tablette). On pourrait même espérer restaurer sa tablette remise à zéro en la connectant à son ordinateur et en les synchronisant par exemple (mêmes données personnelles mais aussi mêmes applis... et mêmes données d'applis et réglages...).

Cf cet article de generation-nt, Fuchsia exploiterait le langage de programmation Dart, développé par Google pour s'affranchir de Java. Pourquoi s'en affranchir ? Suite au procès entre Google et Oracle, faute que les deux sociétés n'aient pas trouvé d'accord financier pour que Google puisse "librement" exploiter Java. Google s'en est partiellement affranchi en basculant sur Open JDK dont... 95% sont open source et 5% propriété de... Oracle... (merci à @Chris59610 et @bambou64 pour ces infos)
De plus, comme @michelr42 en a fait la réflexion à la relecture de cet article, le renouveau apporté par Fuchsia, serait peut-être l'occasion pour certains géants de pousser leur propre OS sur leurs produits (Samsung et son OS Tizen par exemple, comme c'est déjà le cas sur certaines montres et téléphones de la marque).

Comme dit en préambule, cet article est un tissu de conjectures... Cependant, l'unification des OS de Google en un seul pourrait sembler séduisante. De plus, l'aspect technique... et financier de la bascule d'Android vers Fuchsia semble une évidence (si Google avait pu s'affranchir à 100% de Java, celà aurait déjà été fait depuis longtemps je pense...).

Et vous qu'en pensez-vous ?

Source image : en.wikipedia.org - logo actuel de l'OS
Merci à mes 2 compères du staff @Chris59610 et @bambou64 pour leurs précisions sur Java, à mon compère du staff @michelr42 pour sa réflexion sur Tizen ainsi qu'aux membres dudit staff qui ont relu cet article

Par loucroquant - 13 janvier 2017

GALILEO - Un GPS plus précis pour nos smartphones

GALILEO - Un GPS plus précis pour nos smartphones


Bonjour @ tous

Qui n'a pas vu son smartphone positionner son véhicule à côté de l'autoroute ?
Ça c'était avant nous promet on.

Personne n'est sans savoir que l'Europe a lancé ses services de géolocalisation grâce au projet Galiléo.
En lançant 4 satellites le 11 novembre 2016 via ariane 5, Galiléo atteint les 18 satellites en orbites nécessaires pour couvrir le globe. Il est déjà opérationnel.
30 satellites seront en orbites terrestre pour assurer tous les services au maximum des capacités en 2020, satellites de secours compris.
Deux lancements prévus en 2017 et début 2018 de 4 satellites à la fois permettront un maillage optimum.


Les principaux acteurs de la géolocalisation :

GPS
Système de géolocalisation mondial.
La précision du GPS Américain est de 15 à 50 mètres environ.
A-GPS : Gps assisté, les données mobiles permettent une meilleure précision. Le système européen de stations au sol EGNOS (European Geostationary Navigation Overlay Service) permet également une meilleure géolocalisation, à 1 mètre mais réservé aux professionnels et institutions.
La 3émé génération de satellites GPS est prévue pour 2025 avec une équivalence à Galiléo en terme de précision.

GLONASS
Le système Russe apporterait une précision équivalente au GPS. Le système européen de stations au sol EGNOS permet une meilleure géolocalisation.

BEIDOU / COMPASS / BDS

Le chinois est utile surtout dans sa région et quelques pays limitrophes. Ils devraient avoir une constellation mondiale également 2020 avec BEIDOU-2

IRNSS
Système régional Indien.

QZSS
Système régional Japonais.

GALILEO
Système de géolocalisation mondial.

Extrait d'un rapport de l’Agence Spatiale Européenne - ESA sur le GPS américain "Une précision du positionnement variable (précision parfois seulement de plusieurs dizaines de mètres). Une fiabilité qui laisse à désirer. La couverture des régions situées à des latitudes élevées est aléatoire, tout comme la pénétration des signaux dans les zones denses et centres des villes. De plus, le caractère essentiellement militaire du système GPS signifie qu’il y a toujours un risque de coupure pour les utilisateurs civils en cas de crise."

Ça c'est dit !

Au delà de l'indépendance vis à vis de Big Brother et son GPS, Galiléo est plus performant.

La précision attendue pour le grand public est de - de 5 mètres au sol et 35 m à la verticale. Les services payants proposés aux professionnels pourront apporter jusqu’à une précision inférieure à un mètre. Avec les stations au sol EGNOS la précision devrait atteindre quelques centimètres

Les signaux sont perturbés lors du passage dans l'ionosphère. Galiléo utilise 2 bandes de fréquences distinctes pour atténuer ces perturbations. Le GPS seulement une.

Il faut 4 satellites pour avoir la position en latitude, longitude, altitude et un dernier pour la triangulation vers le récepteur. Le problème est la fiabilité des horloges.
Alors pourquoi des horloges ? Hé bien pour calculer le temps que met chaque signal entre chaque satellite et le récepteur pour nous positionner. Une erreur d'une nanoseconde peut provoquer une erreur de 30 m dans la position, vous y rajouter les pertes dues au passage des signaux dans l'atmosphère, la réflexion du signal etc... et vous êtes positionnés parfois à plus de 100 mètres...

Chaque satellite Galiléo embarque quatre horloges pour permettre une meilleure fiabilité.

"Galileo aura une résolution de moins d’un mètre pour les services de haute précision et de moins de cinq mètres pour le grand public, alors que celle du GPS est de 15 à 50 mètres ", estime Philippe Blatt, directeur du programme pour le segment "sol de mission" Galileo chez Thalès Alenia Space.


"Les satellites Galileo embarqueront des charges utiles SAR [search and rescue] qui capteront les balises de détresse des naufragés " Gaël Scot, expert Programmes de navigation au Cnes. Les satellites auront alors la capacité, en retour, d’envoyer un message aux sinistrés, contrairement au réseau actuel.

Interopérabilité entre les systèmes de géolocalisation :
Un appareil de réception peut recevoir un relevé de position fourni par une combinaison de satellites.
Ensemble, les systèmes GPS et GLONASS permettent un meilleur positionnement. (plus de satellites visibles). C'est la configuration actuelle de la majorité des smartphones vendus avec des spécificités régionales notamment pour les chinois avec Beidou / Compass et l'indien IRNSS.
Le Samsung Galaxy S7 est GPS-GLONASS-BEIDOU par exemple.

A ce jour nos smartphones équipés du GPS et du GLONASS ne sont pas compatibles sauf pour certains modèles comme le BQ Aquaris X5 Plus et le HUAWEI Mate 9 ainsi que d'autres intégrants des chipsets compatibles dont 6 sur 10 sont des Qualcomm américains...Voir ici


Avec Galiléo le positionnement pourra être obtenu en combinant la réception des satellites visibles par le smartphone. Galiléo / Gps / Glonass par exemple.

A savoir que la marque TOMTOM permet la réception des satellites Galiléo grâce à une mise à jour firmware (pour les modèles les plus récents)
En Europe, tous les véhicules neufs devront être équipés de capteurs Galiléo en 2018.

En renouvellement de smartphones il sera très bientôt essentiel de vérifier si l'appareil est compatible Galiléo/A-GPS a minima, intégrant aussi Glonass pour compléter une capacité de positionnement et de précision optimale.
Ceci afin de ne pas se retrouver avec un joli smartphone tout beau tout neuf mais déjà dépassé en terme de géolocalisation.

Explication sur les temps de fix du GPS : En sus des bonnes conditions de réception, la géolocalisation exige d'avoir la table d'éphémérides des satellites. Valable 4 heures (renouvellée toutes les heures), a récupérer à seulement 50 bits/s max via satellite. L'A-GPS permet la récupération par internet beaucoup plus rapidement de cette table, accélérant le fix. (Sauf puces Mediatek qui automatise la réception des données éphémérides grâce à des serveurs dédiés)
Un GPS réactivé depuis moins de 4 heures a un fix plus rapide car il n'a plus besoin de télécharger la table.


Sources : Centre National d’Études Spatiales, Européan Space Agency, Wikipédia, Sciences et Avenir

Par loucroquant - 27 décembre 2016

Le point sur la réalité virtuelle

Le point sur la réalité virtuelle


Bonjour @ tous

Ce sujet présente les différentes "réalités virtuelles" ainsi que certains des multiples domaines d'applications.

Origine :
En 1928 fut crée le premier simulateur de vol de l’américain Edwin Albert Link en utilisant les soufflets d'orgues de l'usine de son père.
Morton Heilig créa le Sensorama en 1960 : assis sur un fauteuil vibrant, le sujet pouvait visionner des images et des sons stéréos. Équipé de ventilateurs, le Sensorama simulait une ballade à moto.
En 1968, Ivan Sutherland invente le HMD ou Helmet Mounted Display, le premier casque de réalité virtuelle.


Réalité virtuelle :
C'est l'immersion d’un utilisateur dans un environnement 100% artificiel.
L'expression « réalité virtuelle » est une technologie informatique qui simule la présence physique d'un utilisateur dans un environnement artificiellement généré par des logiciels, environnement avec lequel l'utilisateur peut interagir. La réalité virtuelle reproduit donc artificiellement une expérience sensorielle qui peut inclure la vue, le toucher, l'ouïe et l'odorat.

Réalité augmentée :
Avec la réalité augmentée, la différenciation avec le réel est voulue car il s’agit en général de rajouter des informations numériques visiblement artificielles sur ce dernier afin de « l’augmenter » de contenus numériques.
Elle s'applique aussi bien à la perception visuelle (superposition d'image virtuelle aux images réelles) qu'aux perceptions proprioceptives comme les perceptions tactiles ou auditives. Elle désigne les différentes méthodes qui permettent d'incruster de façon réaliste des objets virtuels dans une séquence d'images.

Réalité superposée :
Sky Boy. Cette jeune entreprise tricolore a inventé la technologie de réalité superposée qui met une couche de virtuel sur le réel.
On ne peut interagir avec les éléments numériques virtuels superposés.

Réalité mixte :
Réalité mixte : intègre des éléments artificiels dans l’environnement réel de l’utilisateur, avec lesquels il peut interagir.
Le casque HoloLens de Microsoft peut être classé dans ce genre, c'est un véritable ordinateur holographique autonome. Intégré à Windows 10, Windows Holographic, la plateforme de réalité mixte, sera déployée par mise à jour dès janvier 2017.

On vois bien avec cette présentation de Microsoft toute l'étendue des domaines d'applications.

Quelques casques :
Les casques passifs sont des boitiers composés de deux lentilles, l'essentiel est géré par le smartphone qui se place à l'intérieur :
Samsung Gear VR by Occulus Rift
La startup française HOMIDO n'est pas en reste avec son casque HOMIDO V2, compatible avec la plupart des smartphones du marché.
ZEISS VR ONE Plus

Pour PC :
Oculus Rift, équipé des Oculus Touch
HTC Vive avec également des "contrôleurs"
HoloLens de Microsoft

Pour console :
Sony Playstation VR


Théorie scientifique :
Face à l’essor de la réalité virtuelle et de l’intelligence artificielle dans le présent, de plus en plus de scientifiques pensent que nous pourrions créer une simulation de l’univers dans le futur. Il est donc possible que nous vivions déjà dans une simulation. C’est la théorie du simulateur.
La pilule bleu ou la pilule rouge ?

A voir :
« Samsung Life Changer»

Crédits : realite-virtuelle.com usine-digitale.fr sky-boy.com Microsoft RSLN Wikipédia Parrot drones

Par jhowlett468 - 5 décembre 2016

Passage à Marshmallow ? Un après-midi gâché !!

Passage à Marshmallow ? Un après-midi gâché !!

Bonjour !

Ou le récit de mon passage de Lollipop (Android 5.0) à Marshmallow (Android 6.0) pour montrer qu'une banale mise à jour via Odin peut vite virer au cauchemar... Même pour un utilisateur chevronné ! Sans me vanter, niveau flash, je ne suis pas un perdreau de l'année : j'ai flashé sur mes S1, S3 et S5 des ROMs stock et custom (basées stock ou pas) donc faire une mise à jour via Odin ne semblait qu'une formalité... Semblait oui car çà a été beaucoup plus compliqué !!

Réfléchissez bien avant de vous lancer dans une mise à jour et faites-la quand vous avez du temps (évitez avant de partir bosser par exemple). Assurez-vous également d'avoir sur votre PC tous les fichiers qui vont bien pour récupérer votre téléphone en cas de besoin (dernière ROM fonctionnelle entre autre). Et surtout, pensez à sauvegarder préalablement TOUTES vos données (pensez à sauvegarder les données sur la SD interne ailleurs car par défaut un full wipe l'efface, celle-ci n'étant pas une partition à part mais un dossier de la partition /system).

Attention! Je vais évoquer dans ce topic des manipulations demandant d'être rooté
  • pour les téléphones non "knoxés", le fait qu'un téléphone soit rooté en cas de retour SAV peut être une raison de refus de prise en charge ( dérootez en flashant une ROM stock et éventuellement resetez le compteur de flash )
  • concernant les appareils "knoxés", le root du téléphone ( hors Towelroot ou PingPongRoot sur certains appareils ) ou le flash d'un recovery custom dessus, passera le flag Knox en 0x1 et ceci est irréversible, même en cas de full wipe. De plus, certains prestataires SAV risquent de pas prendre le téléphone en garantie ( certains, à contrario, ne font pas de soucis ). Que le flag Knox soit à 0 ou 1, idem que pour le point précédent pour le root
  • lire également ce topic récapitulant les nouveautés apportées par Knox, si applicable sur votre appareil


Depuis quelques temps, j'avais des soucis avec mon S5 : surconsommation batterie, deep sleep qui ne s'activait plus, wifi qui restait activé dans les stats batterie alors qu'il était coupé (y compris la recherche de réseaux wifi). J'ai diagnostiqué 2 causes possibles : S Health (que j'ai congelé) et les services Google Play, récemment mis à jour, dont on ne peut se passer, à moins d'aller voir ailleurs que les apps Google. Donc j'étais coincé. Mon S5 étant depuis un bon moment en BOE6 (une ROM Lollipop), je me suis dit que ce souci était dû à la mise à jour des services Google Play et au fait que ma ROM soit un peu datée (inadéquation ROM / services Google Play quoi). J'ai donc décidé de passer à Marshmallow

Alors, je commence par télécharger la ROM qui m'intéresse sur le super site Galaxy S Team ( ), regarde vite fait comment se passe l'installation de XPosed sous MM et télécharge les zips qui vont bien ainsi que le CF auto-root dont j'ai besoin. Quant au fichier pour le custom recovery, je l'ai déjà, ayant déjà TWRP sous LL.

B-i-e-n, je suis prêt, j'ai tous les fichiers sur mon PC, j'ai chargé à fond mon téléphone et j'ai du temps devant moi : allez on y va !! Je fais un full wipe via TWRP sur mon téléphone puis flashe la ROM MM via Odin et tout semble bien se passer. Mon tél reboote et commence la phase où on se demande s'il ne bootloope pas mais par expérience après un flash je sais que çà le fait un moment... Mais au bout de 10 minutes, je m'impatiente et reboote le télephone en recovery (stock à ce moment-là), refais un full wipe et le redémarre. Mon téléphone a alors bootloopé 40 minutes !!
Commençant à être franchement agaçé, je redémarre en download, flashe TWRP, fais un full wipe puis un /format system, reflashe la ROM et redémarre en croisant les doigts... Re-bootloop
Là je suis partagé entre le désespoir et l'envie de claquer mon téléphone contre le mur (allez chériiiiiiiiiiiiiiiiiiiiie c'est bientôt Noël ). Et là... Un flash : normalement un recovery custom nécessite pour être flashé sur un S5 que le téléphone soit rooté (bon j'ai déjà flashé TWRP mébon). Donc je redémarre en download et flashe CF-autoroot. Mon téléphone redémarre et finit le flash du fichier de root. Reboot et là je me dis que çà va re-bootlooper... Mais en moins de 5 minutes, le téléphone indique qu'il optimise les applis et donc... Qu'il va démarrer. Le root est donc obligatoire pour flasher une ROM ? C'est nouveau çà !!!!!!!!!!!!!

Donc je me retrouve avec mon S5 qui a enfin décidé de booter sur une ROM et il est rooté. Je réinstalle Titanium Backup et lance une restauration des applis (sans leurs données vu le saut de version). En farfouillant dans les paramètres du stockage... J'éjecte ma carte SD où sont mes backup Titanium, ce qui arrête la restauration... Plus qu'à la relancer !

Passé celà, je décide d'installer XPosed... Qui formate le cache dalvik... J'aurai mieux fait de le faire avant d'installer toutes mes applis, c'aurait été plus vite ! M'enfin, tout se passe bien...
Après installation, je pars à la recherche des modules XPosed que j'utilisais sous LL. Wanam XPosed n'existe plus pour LL mais a son équivalent MM. je l'installe mais il est moins complet que sous LL. En cherchant bien, j'ai trouvé un autre module de Wanam équivalent qui comble les manques (comme la suppression de la barre S Finder / Quick Connect et des avertissements pour l'étanchéité).

Bien passons à ES File Explorer : impossible dans ses options de lui lancer l'accès root, j'ai un message disant que le mobile n'est pas rooté alors que Titanium Backup fonctionne très bien et Root Checker confirme l'accès root... Après recherche sur le web, j'ai trouvé cette page qui explique en gros que ES a mal été codé et va chercher les fichiers de root dans le mauvais dossier... Une solution est proposée pour copier les fichiers au bon endroits en utilisant des codes via une fenêtre de Terminal :
Code: Select All Code
su
mount -o remount,rw /system
touch /sbin/su /system/bin/su /system/xbin/su
mount -o remount,ro /system
exit


Bon, au final, tout remarche mais çà a été extrêmement fastidieux : là où je pensais passer 2-3h, çà m'a pris tout l'après-midi... Et je n'ai pas encore fini de tout paramétrer... Par contre niveau autonomie, çà a l'air de le faire, à voir sur la durée

Quand je pense que je me suis déjà moqué de @Isi_77 qui a galéré à rooter son S5... Ca doit être le karma !!

En conclusion, ce n'est pas d'avoir galéré qui me dérange le plus mais la solution qui m'a permis de redémarrer : rooter mon téléphone, j'allais le faire et de toute façon j'avais déjà pété le flag Knox (et la garantie finit demain). Mais pour un utilisateur néophyte qui n'entend rien au root et à ses implications sur Knox, celà aurait pu être plus que problématique au niveau de la rupture potentielle de la garantie.

Crédit image : blingtones.fr

Site standard | Site mobile
POUR ALLER PLUS LOIN