Que c'est triste Nokia, au temps des projets morts.

Par franck_29 - Le 4/09/13 - Affichages : 4208

Bientôt 24 heures écoulées depuis l'annonce officielle, et toujours pas un mot sur le forum à propos du vol de Nokia par le mastodonte Microsoft.
Le temps où les moindres faits et gestes de feu notre champion européen est bien révolu. Peut-être s'agit-il d'une énième déception, déceptions auxquelles nous nous sommes finalement habitués, de guerre lasse.

Pourtant, C'est avec une réelle émotion que j'ai appris la nouvelle hier, le 2 septembre 2013.
Nokia n'est plus, Nokia jette l'éponge du monde des smartphones qu'il avait créé, et Microsoft s'empare des restes, des cendres, pour une poignée de moules (comme on dit chez moi). Quelle triste affaire, deux années et demi de convolution exclusive avec Microsoft auront suffit à réduire à néant le fleuron européen et inventeur de la smartphonie. L'aventure Nokia est terminée. Et malheureusement c'était prévisible, et de longue date (que ceux qui doutent jette un oeil sur ce que nous en disions @Scoony et moi-même il y a deux ans et demi : La chute de nokia, pourquoi ?

Et soyons clairs, l'aventure ne continue pas du côté de chez microsoft, l'aventure est bel et bien terminée, même si, comble de l'ironie et de l'hypocrisie, Microsoft s'est dans l'affaire, payé le droit pendant 10 années, d'utiliser le nom de marque "Nokia", histoire de continuer à berner les pauvres clients dont certains croiront peut-être continuer à acheter du bon vieux matériel Nokia.

Le temps de l'émotion passé, il est temps de tirer les enseignements de cette histoire et de ses malheureuses conclusions.

Nokia : victime d'une guerre économique qui ne dit pas son nom

J'ai déjà eu l'occasion de me faire écho de diverses publications anticipant des chiffres astronomiques pour la valeur supposée de nos données personnelles ("Selon une étude américaine, les données personnelles des Européens représentaient en 2012 un trésor de 315 milliards de dollars" : Très chères données personnelles. Ce chiffre montre bien tout l'enjeu économique qu'il y a à capter cette manne.

Voilà au passage, pourquoi on nous propose tant de services
.de messagerie - si capacitifs-,
.de stockage dans le cloud -si omniprésents-,
.de systèmes de "réseaux sociaux" -pour que vous puissiez vous épancher-,
.de service de cartographie -toujours plus simple à utiliser-,
.et même des jeux (gratuits au début, mais pour lesquels vous paierez demain),
tout cela bien sûr "gratuitement". Le fait de vous procurer lesdits services si simples, pratiques et ludiques, n'est bien sûr une première étape, un prix d'appel en quelque sorte, et peut-être que demain, vous craquerez pour l'achat de cet article auquel vous n'auriez pas pensé mais qui tout compte fait, est bien séduisant quand même, un simple clic dans une bannière toute faite exprès pour vous et hop, le produit est chez vous...

C'est le nouveau modèle économique qui se met en place pour demain. Fini la publicité de masse, place à l'hyper ciblé... c'est beaucoup plus efficace!

Mais pour en arriver là, il y a du travail (il est très bien engagé en fait), il faut capter la données brute [la donnée brute c'est vous et vos données, quelles qu'elles soient] et pour ce faire les acteurs importants de la bataille disposent des fameux "écosystèmes", des machines de guerre, des aspirateurs géants et "smart" (intelligents). Un écosystème c'est bien plus qu'un système d'exploitation, c'est un ensemble de services, c'est pourquoi l'on parle de l'écosystème Google (c'est bien plus qu'android) de l'écosystème Microsoft, Apple et même de Facebook voire Amazon. Vous l'avez compris, le maillon essentiel qui va permettre l'accès à cet écosystème c'est le terminal, le fameux smartphone, avec lequel nous passons tout notre temps.

Jusqu'en 2011, Nokia était un fournisseur majeur du monde des smartphones, un fournisseur européen, un des seuls capable de tirer son épingle d'un jeu essentiellement orchestré par des acteurs américains. Depuis 2011, et le choix de windows Phone, la présence de Nokia dans cette "guerre" n'était déjà plus qu'une illusion, depuis hier, l’Europe est pour longtemps tenue à l’écart.

Comment ne pas penser que cette triste conclusion est le résultat d'un plan. Comment ne pas avoir anticiper (alors que nous même l'avions fait : cf. article ci-dessus) que pour Nokia, la stratégie windows Phone était vouée à l'échec et qu'il y perdrait toute liberté de manœuvre et autonomie (on se souvient d'Elop refusant de vendre le fameux N9).

Nos yeux pour pleurer ... longtemps

Voilà, l'heure est triste, la bataille terminée, la guerre perdue.
L'Europe n'est donc plus désormais (dans le monde de la smartphonie) qu'un vaste espace de valeur à capter, valeur qui ira grossir les fleuves de trésorerie alimentant en continu les google, facebook, Apple et autre Microsoft.

Moi qui voulait tant d'un autre Nokia dans mes poches.

La prochaine bête à abattre sera ... Samsung : pensez donc... un coréen,
la partie sera par contre à n'en pas douter plus longue ;)

Et autre chose, Microsoft n'aura pas partie facile face aux autres...

microsoft-nokia-dea.jpg


13 réponse(s) -